Windows 8

 

La nouvelle version de l’OS de Microsoft se vend déjà comme des petits pains. Plus de quatre millions de copies auraient trouvé preneurs. Pour autant, en dehors des « early adopters » (« premiers utilisateurs »), vous vous demandez probablement si vous pouvez, ou s’il est même utile, de faire la mise à jour. La réponse se trouve dans ce test !

Un point sur les conditions du test

Avec un ordinateur fixe et deux portables à disposition, le choix de la machine était relativement large. Décision fut prise d’attaquer la mise à jour sur le fixe, ordinateur le moins utilisé à la maison. Ayant accès à MSDN, téléchargement et gravure de Windows 8 Entreprise furent rapides et simples. Par contre sachez-le, impossible de mettre à niveau depuis Windows 7 Ultimate vers Windows 8 Entreprise, il vous faudra passer par une réinstallation complète. Windows 8 Pro, me voilà.

Pour faire simple, Windows 7 Home peut se mettre à jour vers Windows 8, Windows 7 Pro et Ultimate vers Windows 8 Pro. A savoir aussi, Microsoft ne fait pas de différence entre Windows 8 et Windows 8 Pro. Sur un DVD Windows 8 simple, vous trouverez aussi la version Pro, la différenciation ne se fait qu’après avoir entré la clef de licence.

Installation

Deux supports sont disponibles. L’ISO, via téléchargement puis gravure, et le DVD. Même s’il est possible de monter l’ISO sur une clef l’USB, le DVD restera la solution la plus répandue. Avant de démarrer l’installation, Windows vous indiquera les logiciels incompatibles et vous les fera désinstaller. Une fois le terrain bien préparé, et les sauvegardes effectuées, comptez une grosse heure pour effectuer la mise à niveau. Quelques redémarrages plus tard, nous voilà avec l’écran d’accueil classique, et déroutant, de Windows 8.

Pourquoi c’est bien

  • De manière générale, cette nouvelle mouture de Windows semble plus stable et moins gourmande. Plus « graphique » et ergonomique, elle devrait toucher un public plus large encore.
  • De nombreuses petites améliorations se cachent ici et là. L’explorateur de fichier se trouve agrémenté de nombreuses fonctionnalités qui faisaient défaut aux versions précédentes. Le bandeau, à la manière de la suite Office, organise les actions par thématique. Partage, affichage, gestion, tri, tout est à sa place. Le gestionnaire de tâches propose enfin une vue complète et détaillée, par processus. Graphiques, pourcentages, utilisation processeur, mémoire, disque, etc… La copie de fichiers propose enfin un bouton « pause/resume »… Bref, de nombreuses améliorations sont à découvrir et apprécier un peu partout.
  • La « Charm Bar », sorte de bandeau d’actions, apparaît en mettant la souris en haut à droite de l’écran. Elle propose des fonctionnalités très utilisées « Rechercher », « Partager », « Accueil », « Périphériques », « Paramètres ». Je reviendrai sur la première plus tard. « Partager » vous permettra, selon l’application ouverte, de partager via mail, message, ou autre, ce que vous voulez. « Accueil » vous ramène sur l’ »Accueil », accessible aussi via la touche Windows. Dans « Périphériques », vous retrouverez tous vos périphériques, réseau ou non. Et dans « Paramètres » se cachent entre autre le panneau de configuration et le fameux bouton « Marche/Arrêt ». Vous y reviendrez donc très souvent.
  • La fonction « Rechercher », véritable lacune dans les précédentes versions, s’alignent enfin sur les concurrents. Il vous suffira de taper un mot pour que applications, paramètres, fichiers et même recherche web sous soient proposés. Windows+F deviendra votre meilleur ami.
  • Internet Explorer 10. Le navigateur web de Microsoft revient ici, surtout pour le meilleur. Fluide, complet, il semble avoir le potentiel de rivaliser avec Firefox, Chrome et consort. Un bon point en tout cas.
  • Malgré toutes ces interfaces très colorées et graphiques, le cœur du système ne semble pas avoir changé. Panneau de configuration, outils système, configuration réseau, les fenêtres ne dérouteront pas les habitués.
  • Les applications « Métro ». Accessibles depuis le panneau d’accueil, elles sont clairement taillées pour le tactile. Ce qui ne les empêche pas d’être très utiles avec clavier et souris. Mail, Contact, Message, Calendrier mérite que l’on s’y attarde, vraiment.
  • Amateurs de réseaux sociaux, Windows 8 fera votre bonheur. Une fois vos comptes Windows Live, Gmail, Facebook, Twitter, LinkedIn, etc. configurés, vous aurez accès à tous vos services préférés.
  • Si vous êtes joueurs, sans être « hardcore gamer », le hub « Jeux » vous occupera un certain temps. Comme sur Windows Phone 7.5 et 8, le Xbox Live permettra de centraliser vos progressions. A vous les parties sur Xbox puis téléphone pour terminer sur votre ordinateur.
  • Terminons enfin par Skydrive, le service Cloud de Microsoft. Très profondément intégré, vous aurez la possibilité de tout synchroniser ou presque. Comptes, paramètres, messages, calendriers… Une bonne solution si vous êtes « sans ordinateur fixe ».
  • La navigation entre les applications est améliorée. Outre la combinaison « Alt+Tab », pointer la souris dans les coins gauche vous proposera des fenêtres miniatures de vos applications ouvertes.

Pourquoi c’est bien et pas bien

  • L’écran d’accueil, avec ces fameuses « tuiles », centralise toutes vos applications, celles fonctionnant sur le bureau, comme celles destinées à Métro (appelons-le comme cela même si ce n’est plus le nom officiel). Pièce rapportée du monde tactile, il est très facilement accessible (via la touche windows) et très coloré. Objet de toutes les critiques, il peut être très utilisé comme complètement ignoré. Attendons que certaines applications Métro tirent leur épingle du jeu. Le plus perturbant reste clairement le fait qu’il soit directement accessible par la touche Windows.
  • Les raccourcis clavier. Bien plus nombreux dans Windows 8, ils vous simplifieront la vie. Windows+F par exemple, Windows+X affiche le menu technique, Windows+C la « Charm Bar »… Mais trop de raccourcis tuent le raccourci…
  • La gestion du matériel. Windows se protège en prenant le parti pris de remplacer (tous) vos drivers par des génériques. Même si les constructeurs semblent avoir joué le jeu, ils vous faudra très certainement passé par la case « réinstallation de pilote ». A ce sujet, il est possible de recharger directement l’un des pilotes précédemment installés.
  • Le système étant encore très jeune, les éditeurs d’application n’ont pas encore tous mis à jour leurs applications. Certaines ne fonctionneront plus, ou très mal. Patience donc.
  • Le Windows Store. Proposer un écosystème applicatif centralisé est une bonne idée, une idée rentable tout du moins. Attention tout de même aux dérives, Apple et Android y sont déjà passés…

Pourquoi c’est pas bien

  • L’ »approche par le tactile », dans un souci d’harmonisation et d’homogénéisation des systèmes, de Microsoft est intéressante, mais il est clairement impossible de ne travailler qu’avec cet écran d’accueil. Le bureau classique a encore de beaux jours devant lui…
  • Vos périphériques/matériels pourront vous donner quelques sueurs froides. Parfois reconnus, parfois pas, il sera même parfois impossible de charger un pilote constructeur.
  • Au démarrage de l’ordinateur, avant le choix de la session, cet écran donnant la date et l’heure est perturbant. Il « bloque » le chargement et ne sert vraiment pas à grande chose. Nul doute cela dit que l’on pourra le supprimer.
  • Windows Media Center. Gratuit jusqu’à fin janvier, le Media Center revient sur le devant de la scène. Il regroupe de nombreuses fonctionnalités media: regarder et enregistrer la TV sur l’ordinateur, faire des diaporamas photos avec de la musique, regarder vos films, envoyer l’image de votre ordinateur sur votre TV via la Xbox ou encore gérer toutes vos photos et vidéos. Malheureusement, cela ne prend pas. Une fois encore, Microsoft semble avoir raté le coche avec son Media Center.

Et alors, je mets à jour ou pas ?

Ce qui fait la force de cette nouvelle mouture fait aussi sa « faiblesse ». Sans rompre complètement avec Windows 7, l’ajout de cette interface « Métro » semble encore trop détachée dans l’ancien bureau. Mais c’est aussi ce qui permettra son adoption chez les plus réfractaires. Tout le reste étant similaire. Seule, ou presque, la touche Windows vous rappellera que vous êtes sous Windows 8. L’intégration du social et de Skydrive, elle, devrait faire des émules.